L’assassin habite au 5, rue de son propre nom

Tapez sur Google François Bon – Gallimard et vous aurez pléthore de contenu.

Je résume brièvement l’affaire : François, que j’ai l’honneur (et, franchement, surtout le grand bonheur tant c’est un homme génial et merveilleux) de compter parmi mes amis, qui s’occupe de la coopérative d’auteurs publie.net, à laquelle participe activement mon épouse Christine, a publié il y a quelques temps une traduction nouvelle du Vieil Homme et la Mer, d’Hemingway. Il s’en est vendu 22 exemplaires.

Or, l’éditeur (dont les difficultés financières sont bien connues, n’est-ce-pas), via les libraires distributeurs de publie.net, ont fait savoir qu’ils interdisaient la publication numérique de cette traduction car ils possèdent les droits d’Hemingway via un contrat passé aux USA avec sa famile. Bref, ils demandent réparation à publie.net et retrait immédiat de l’ouvrage, ainsi que dédommagements pour le préjudice subi (rappel : 22 exemplaires vendus).

On voit donc par là hélas que :

1. Gallimard n’a strictement rien à cirer de la littérature numérique ni de la traduction (unanimement reconnue comme meilleure que l’ancienne de Jean Dutourd) d’Hemingway, mais ne se soucie que de son fric (menaces de procès de la famille Hemingway ? Très probable).

2. Que les journalistes qui, à raison, mettent cette affaire en évidence (l’Express, le Monde, Le Nouvel Obs, etc…) ne sont pas très présents lorsqu’il s »agit d’évoquer les publications de publie.net.

3. Les gens qui défendent la littérature numérique, ou qui la font vivre par leurs œuvres, ou qui cherchent à en faire un modèle économique viable, sont encore aujourd’hui traités en parias de la vraie société balisée de vrais pavés en vrai papier et de vrais intérêts bancaires, en geeks énervés et nihilistes, en petits merdeux quoi, et certains de se demander pourquoi un auteur reconnu comme François Bon un jour, a laissé derrière lui la littérature papier et s’est jeté plein pot dans l’aventure de publie.net et du Tiers Livre. Je ne leur expliquerai pas, ils n’ont pas la case pour comprendre.

Mais si le silence pouvait revenir, les bruissements se transformeraient en lectures numériques des auteurs contemporains (ou non) que la richesse du catalogue de publie.net propose à des tarifs authentiquement démocratiques. Authentiquement révolutionnaires. Et c’est bien ça, au fond, qui dérange Gallimard, gardienne du Temple conservateur des lettres et des chiffres…

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

7 Commentaires

  1. Un bon pavé dans la mare. Pour ma part, lorsque mon édition actuelle du vieil homme et la mer aura rendu l’âme, je retournerai vers les petites librairies racheter un exemplaire d’occasion. Ce sera ma protestation silencieuse bien à moi.

    Réponse
  2. Permettez-moi de vous contredire mon ami, en ce cas vous feriez le jeu de Gallimard, puisque la seule traduction disponible en dehors de publie.net est celle dont Gallimard a les droits, la piteuse traduction de Jean Dutourd…

    Réponse
  3. pour s’abonner c’est ici : http://www.publie.net/fr/static?small_title=s_abonner-%C3%A0-publie.net et télécharger ad libitum, catalogue gargantuesque, plus de 600 titres et ça ne cesse d’augmenter

    Réponse
  4. Le mastodonte va devoir réviser (avec un correcteur embauché rapidement) sa position monopolistique. Il s’est déjà ridiculisé en l’affaire (de la rue à son nom) : un roman ravageur pourrait en conter avec à propos les méandres capitalistiques qui n’ont rien à voir avec la littérature dont un Jean Dutourd fut la vitrine tavelée en son temps.

    Réponse
  5. Ah, vous eu avez vent d’un tel roman ?.. ou c’est juste une présupposition..?

    Réponse
  1. Défendons François Bon | L’Oreille tendue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :