Le Prince – 20

Un air de Juif encadré d’inquisiteurs, tout blanc sur le crâne un genre de kippa avec ergot, les cardinaux en noir et rouge sales couleurs mises ensemble, aller et retour en vingt minutes entrée et sortie en chaise à porteur, Louis Quatorze pour ainsi dire mais avec une tête de benêt gentil dépassé ou limité ou pitoyable – dans ce gymnase en audience publique du pape Jean-Paul 1er, Luciano parmi la foule, respecté avec ses soixante-huit ans paraissant bien plus, notable de la Gauche vaguement reconnu, imitant pour saluer le geste de son presque homonyme, feu Albino Luciani qui après demain sera feu Jean-Paul 1er. Un garçon en frac répond aux questions, mal d’ailleurs et le vieux enchaîne comme il peut, sourire frère sourire père sourire quel bon sourire quel bon pape nous avons ça pourrait être moi ou mieux il pourrait être moi, catholique c’est bien pour un fasciste et pas gênant pour un communiste, on y revient toujours, noir blanc rouge maudites couleurs ensemble.

Publicités
Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

7 Commentaires

  1. outre les textes, belle image de fond, c’est quoi ?

    Réponse
  2. Luciano et Luciani, ce n’est plus la confusion des sentiments, mais la confusion des couleurs. Couleurs glorieuses pour le premier. Couleurs sombres pour l’autre. Déjà des ombres malfaisantes planent au-dessus de la tête de « Il papa del Sorriso » qui ne survivra pas au-delà de 33 jours à son règne. Un règne plus long que celui de Luciano. Et ce Luciano, se doutait-il du destin tragique de Luciani?

    Réponse
    • rvjeanney

       /  4 avril 2011

      Au fond Pierre mon projet n’est peut-être pas si clair que ça, et je le voudrais beaucoup plus littéraire qu’historique. Vos commentaires éclairés me font prendre conscience que je mets trop de références, j’essaierai de rectifier car je ne souhaite pas bâtir un puzzle à énigmes mais bien un texte littéraire…

      Réponse
  3. RV

    Je ne vois rien d’autre qu’un texte littéraire, une forme poétique sur des faits historiques, vécus, auxquels s’ajoute une touche poétique. Mais entre nous, mon cher ami, comment pourrais-je commenter un poème d’Aragon sans références historiques? Comment apprécier une pièce de Molière en gommant les petites indignations circonstancielles qu’il inscrivait en filigrane de ses vers magnifiques? De mes souvenirs de lecteur, je n’ai pas lu beaucoup de biographies écrites sur un ton aussi poétique. Si ce n’est peut-être Yourcenar. Si l’objet dont il est question ici n’est en rien un projet de biographie et que le lecteur en décèle des réminiscences historiques, faut-il modifier la trajectoire? Il est heureux que nous ne soyons pas 260 à commenter. Je suis convaincu qu’une visite au musée ne fait pas que tous les avis soient égaux sur une civilisation (voyez-vous le sourire qui se cache sous une énorme barbe?). La lecture d’une œuvre devrait donc obéir à la même règle. Et je suis heureux de constater qu’il y a ici le doute de l’écrivain qui l’emporte sur la certitude de l’historien. C’est ce qui donne à l’œuvre son aura poétique.

    Réponse
    • rvjeanney

       /  4 avril 2011

      Voilà le problème dévoilé : le commentateur est beaucoup trop intelligent et subtil ! Je ne suis pas à la hauteur !! Mais bon sang de tabernacle donnez moi un hockeyeur édenté des plaines de l’Alberta, bien assaisonné sauce Calgary Flames pour me commenter ! 🙂 Ils pourraient même être 260 finalement 😀
      Je n’ai pas d’énorme barbe mais bien des raisons de sourire avec vous mon ami, et surtout de vos gentillesses imméritées…

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :