Ben non, pas Mélenchon, désolé

Ben non.

Non. Non non. Je voterai pas pour Mélenchon.

Je sais vous vous en foutez. Mais je le dis quand même. Cela devrait être mon vote naturel, le plus en phase avec ce que je crois en politique.

Mais non. le bonhomme m’énerve. Et sa tête enfle comme jamais en ce moment. Ah, il gerbe sur les sondages à 3 %, mais à 12 ça devient du Viagra pure adrénaline. Vous voulez que je vous dise ? (oui je sais, non vous ne voulez pas, mais je le dis quand même) : je préférais Marchais. C’est pour vous dire… lui au moins il se tapait pas des cibles bien faiblardes du genre le jeune étudiant en journalisme il y a deux ans, il ne jouait pas au plus viril (même s’il laissait Liliane faire les valises on s’en va) et il ne se transformait pas en avion de son pote Dassault (avez-vous vu l’hypocrisie infernale dont il peut faire preuve dès qu’on évoque ses rapports avec la famille d’avionneurs et de vendeurs d’armes sur Mediapart ? Confondant…) en plein meeting pour dire que lui seul savait s’opposer au FN.

Solution 1 : je vote Joly, et ses 2% dont personne ne fera rien s’éteindront dans le râle auto-destructeur des Verts français.

Solution 2. Je vote Hollande en me disant que c’est tellement mieux que Sarkozy. De toute façon même DSK ça aurait été mieux que Sarkozy.

La solution 2 tient la corde. Remarquez, je pourrais aussi voter Bayrou. Nan, je déconne, calmez-vous là !🙂

Retour du printemps avec le savon qui pique les yeux dans les portes ouvertes

Encore un titre et un billet provocateur ? Un aveu de ne passer sous la douche qu’à partir de fin mars ? Ben non.

Juste l’expression (et je dis bien l’expression, pas la communication, pas la question, pas l’imposition à autrui de ce que je ressens, tout névrosé que je sois) de mon grand, très grand ras-le-pompon de ce qui m’attend, en gros, jusqu’au 10 octobre.

Car non seulement je ne supporte pas ni le soleil, ni la chaleur, ni la nature et ses bourgeons, mais en plus je vais me taper des dizaines de conversations bien bien rodées du style « ça fait tellement du bien ce soleil », ou encore « ah les longues soirées j’adore », et j’en passe sur les « c’est une explosion de couleurs et d’odeurs ! ». Et pourquoi que je supporte pas ça ? Hé ben parce que ! Parce que ! Je vous demande, moi, pourquoi vous préférez les tongs aux grosses chaussettes ?..

Ouaip. Moi, au printemps et en été, j’hiberne. Du temps, de la nature et des autres. Ne vous sentez pas offensé si le printemps vous convient si bien au teint et à l’âme. Ayez juste une minuscule pensée pour les milliers de fois où j’ai rongé mon frein en entendant l’assemblée faire éloge indiscutable de l’exact opposé de ce que tout mon être ressentait. Même pas d’ailleurs. Évitez juste de vouloir me convaincre que vous êtes bien dans votre peau et moi pas, ça sera déjà pas si mal.

Les petits cimetières sous la lampe

J’ai fait exprès de parodier les grands cimetières sous la lune de l’autre, là… C’est pas parce que je critique que j’ai pas de culture…

Et c’est l’impression que j’ai désormais lorsque je vais à la bibliothèque pour mon fils, ou que je traverse le CDI.

Un champ de ruines et de cadavres, tous ces bouquins qui puent le moisi et le papier, car le papier ça pue ! Marre d’entendre les gens s’extasier sur leur odeur méphistophélique issue des plus beaux fleurons de notre chimie européenne !

C’était le coup de grognerie du dimanche matin. Je retourne à mes multiples écrans. Dont je suis l’esclave volontaire et exalté, d’ailleurs. Mais au moins je m’y sens en vie.

On s’emm…

C’est mou, c’est mou ! Je ne sais plus quoi écrire ici !

Alors y sont où les Besson, Allègre, Alliot-Marie et autres crétins pour animer un peu le bazar ? Réveillez-vous bon Dieu, laissez pas « Hé M’sieu Posuto » faire tout tout seul, allez un beau geste quoi, Besson, faut demander à prolonger la garde à vue des basanés pendant 6 mois à Cayenne, Allègre, faut réclamer la peine de mort pour les profs qui critiquent le système, Alliot Marie, faut prendre un coucou avec la junte birmane pour aller sniffer de la bonne dans le Triangle d’Or. Ah la la faut tout leur dire à ces boulets là…

Si vous avez des suggestions pour Lefebvre, Coppé, Baroin, Juppé, Guéant, Guaino, Morano, NKM et j’en oublie, n’hésitez pas en commentaires !

Faut lire Dolto, mon garçon…

Bon ben là, hein, y’a plus rien à dire, quoi, hein. Il touche vraiment le plus bas point localisable sur terre. Le bout du bout du cul de la bouteille sous un gros rocher sous la vase bien au fond de la fosse des Philippines qui, je le rappelle, est une des plus profondes du monde avec plus de 10 kms de profondeur.

« Moi Madame, je ne possède pas 40 hectares ». Réponse de « Hé, vous comprenez M’sieu Posuto » du tac au tac à une agricultrice lui suggérant que son compte en banque est mieux garni que le sien.

Mais qu’est-ce que vous voulez qu’on rajoute hein ? Imaginez ce qu’il dirait à un pêcheur (moi j’ai pas un filet de 40 mètres de long), à un charcutier (moi j’ai pas 40 kilos de barbaque en chambre froide) ou à un maçon (moi j’ai pas 40 tonnes de béton à couler dans la semaine).

Et ça remonte à loin loin ce genre de trucs, une enfance super pourrie, mais super pourrie qu’il a eue. Le problème étant qu’on est quelques milliards sur terre à avoir subi, impuissants et plus ou moins dévastés, les névroses parentales, mais qu’on bosse dur pour pas les refiler à nos mômes ou nos conjoints, enfin peut-être pas tous, mais on essaie.

Mais lui c’est pas que sur ses gosses qu’il se venge. C’est sur nous tous.

Punaise.

Que quelqu’un lui fasse lire Dolto, vite vite vite. Avant la camisole, pour lui ou pour nous d’ailleurs.

M’sieu Posuto lisez donc ça…

M’sieu Posuto vous êtes prof moi-je la France hein ? Ben j’vais vous dire M’sieu Posuto (je rappelle à mes lecteurs que c’est ainsi que je fais s’adresser à moi le Président de la République, c’est une façon de faire, une sorte de figure de style indirect, voyez…) hein j’vais moi vous dire je, j’ai reçu une lettre voyez-la donc j’ai un sms à envoyer là prendez… ui moi ossi lol❤ … allez M’sieu Posuto lisez vous verrez le monde est moi-je bien ingrat pour un homme seul comme moi (je).

M. le Président

J’ai toujours voté à droite, depuis Pompidou, parce que j’étais trop jeune pour le Général avant, mais toujours est-il que, bon. J’ai 64 ans et j’ai roulé ma bosse faut pas m’la faire à moi, hein. Sinon je revote Le Pen comme en 2002 qu’j’avais fait pour leur mettre un bon coup de pied au cul à tous ces pédés d’arabes et de gauchistes (que je suis pas raciste, notez. Les gauchistes y peuvent exister, tant qu’ils me causent pas).

Et qu’est-ce que j’apprends hier ? Vous voulez augmenter les profs qui acceptent de faire 26h par semaine de 25 % ? Mais vous vous foutez de la gueule du monde sauf votre respect ou quoi ? 26 heures déjà, moi qui suis commerçant dans les… importations c’est même pas ce que je fais en deux jours. Ouais ouais y z’auront beau me dire que y’a du boulot à côté, mon cul, des feignasses pires que des tantouzes ces mecs. Et les bonnes femmes que des mochetés en plus.

Et dire que je vous faisais confiance pour les avoiner, les trous du cul de fonctionnaires. Si y’a un point sur lequel vous m’aviez donné pleine satisfaction depuis 5 ans c’est bien là-dessus. Et d’un coup, patatra, les augmenter de 25 % ??? nan mais ça va pas ou quoi ? J’préfèrerais encore les 75 % d’impôts de l’autre pédé de socialiste là. Bon, non, quand même pas, mais c’est pour dire. D’ailleurs je gagne pas un million par an moi. ta gueule, Ghislaine. C’est pas tes oignons. retourne à tes casseroles.

Bon, faut que j’aille régler une affaire avec les Alba…. les fournisseurs. Je vous laisse. Mais faites gaffe hein, le coup des profs, pas deux fois, ou sinon je vote pour la gamine à Le Pen, là, bon c’est une bonne femme c’est sûr, mais au moins, elle est pas pédé. Faites gaffe.

Robert M., artisan dans l’import-export
Toulon

Vous zallez pas me moi-je dire, M’sieu Posuto, je sais plus quoi faire pour avancer dans cette campagne, hein, si vous avez des idées, moi j’vous prends M’sieu Posuto, je suis pas sectaire, j’ai pris Allègre, Besson et même Boutin, c’est vous dire !

Mais merci Bertrand, et Vincent…

Deux éclaircies dans ma vie professionnelle aujourd’hui :

à 15h30, sur France Culture, Bertrand Tavernier en quelques mots écrase d’un revers de sa grande paluche les politiques éducatives des dernières années, et me fait plus chaud au cœur que des tonnes de faux-semblants administratifs. En podcast ici, c’est vers le milieu de l’émission.

Sur Mediapart, je sais il faut être abonné mais sur simple demande je vous ferai un copié collé du truc (réservé à ceux qui connaissent mon mail chers amis) la politique éducative du candidat Hollande présentée par Vincent Peillon. Je le dis sans ambages : je suis d’accord avec TOUT. Et c’est bien la première fois. Je voterai deux fois pour le candidat PS, rien que pour ce programme.

Et du coup j’ai un peu d’espoir que ça, définitivement, disparaisse de nos vies très bientôt. Commencez la vidéo à 9 mn.

Pas merci, Bernard…

D’habitude l' »insulte » me laisse plutôt indifférent.

Mais là, ça me gonfle.

Grave.

Bernard Lacombe (le gars qu’a marqué le but le plus rapide de la coupe du monde  en 1978 contre je sais plus, l’Italie je crois) qui est le directeur manageur whatever de l’équipe de foot de Lyon, a déclaré à la presse que ses joueurs étaient une « équipe de fonctionnaires ».

Sous-entendus : des feignasses qui font le minimum, et encore.

Ben sapristi. Manquait plus que ça.

Môssieu Lacombe, je te ferai dire que je suis fonctionnaire. Et qu’en un mois, au bout de vingt ans de carrière, je ne gagne même pas ce que gagnent les plus mal payés de tes joueurs en une semaine alors que ce sont pour la plupart des petits paltoquets à moitié analphabètes qui jouent à la baballe.

Quant à la quantité de boulot que j’abats, réponse personnelle et bien audacieusement immodeste, je ne compte pas mes heures. Et ça fait bien plus que tu ne crois, patate.

J’ajoute que si l’on en croit la DDHC (déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, je te le rappelle…) « les distinctions sociales ne peuvent se fonder que sur l’utilité publique ». Hé ben mon gars, ça m’étonnerait que mon utilité publique, comme petit prof républicain de province, soit inférieure à celle de tes millionnaires en short.

Alors tourne sept fois et demi ta langue dans ta grande bouche la prochaine fois. Parce que me faire « tancer » de « fonctionnaire » par un-e ouvrier-ère ou un-e employé-e sous payé-e, je ravale et je comprends, mais par toi ? !

Nan mais.

Ceci étant je commence ce soir mes vacances scolaires de février.

Quel humour, ces fonctionnaires, hein^^

L’ennemi de moi je est l’ennemi de la France – Fran-çais

M’sieu Posuto, je, moi, La France-Fran-çais moi je, « Nous ne sommes pas comme eux, nous n’avons pas d’ennemis dans le peuple français », hein, zavez moi je entendu dans mon meeting à moi je France – Fran-çais à Marseille chez les péque… les gens. Pas d’ennemis moi je j’ai.

Bon, à part les feignasses de fonctionnaires.

Et les feignasses de chômeurs.

Et les gueules de métèques.

Et les homos qui veulent se marier.

Et les mourants qui veulent en finir.

Et les futurs délinquants de 3 ans.

Et la racaille des quartiers.

Et les minables qui gagnent moins de 5000 euros.

Et les chieurs de gosses qui se lèvent pas quand l’instit entre en classe.

Bon pas grave si l’instit est de gauche.

En plus le curé est toujours supérieur à l’instit, j’ai dit ça à Rome entre deux SMS à Carla (lol).

J’ai moi la France pas d’ennemis, M’sieu Posuto.

NDLR : imaginez que cette saynète soit inventée de toutes pièces, personne n’y croirait. La réalité ne dépasse pas la fiction, la réalité tue la race de sa grand mère de fiction, en l’occurrence.

 

La Sainte Croix de Lorraine nous protège…

Tiens, hop, je tombe là-dessus. Lisez, vous ne le regretterez pas…

Je n’aurai qu’une conclusion : Jésus Marie Joseph heureusement qu’il y a encore de saints hommes au gouvernement et à l’UMP pour nous préserver de ces pécheurs…